Æ propos de l’auteur

2

Hors format, ces Parallèles Potentiels voués à un art de vivre protéiforme, à une exploration polymorphe de tous les univers et possibles de l’art d’exister ? Oui !

Non standard, ce blog. Ceci est mon corps & mon temps de journaliste indépendant tout terrain, qui tente ici modestement d’écrire comme il respire. Un Blog un peu ovni, un kaléidoscope.

Reflet de la diversité des regards d’un Christophe germano-portugais francisé. Devenu parisien, mais en version chaleureuse, depuis fort longtemps. Après une enfance allemande et d’innombrables vacances au Portugal en tant que petit fils d’immigrés…

Un Parisien d’adoption,  distancié de tous les ordres, de toutes les obédiences et autres cénacles, distant de lui-même et de son égo roi aussi…

Au menu de ce blog ? Reflets de voyages & ressentis du réel qui lui fut un temps donné. Dire ce que l’on ne lira pas ailleurs. Pas comme ça…
hidden_universe_a

« J’ai duré des heures ignorées, des moments successifs sans lien entre eux, au cours de la promenade que j’ai faite une nuit, au bord de la mer, sur un rivage solitaire. Toutes les pensées qui ont fait vivre des hommes, toutes les émotions que les hommes ont cessé de vivre, sont passées par mon esprit, tel un résumé obscur de l’histoire, au cours de cette méditation cheminant au bord de la mer. J’ai souffert en moi-même, avec moi-même, les aspirations de toutes les époques révolues, et ce sont les angoisses de tous les temps qui ont, avec moi, longé le bord sonore de l’océan. Ce que les hommes ont voulu sans le réaliser, ce qu’ils ont tué en le réalisant, ce que les âmes ont été et que nul n’a jamais dit – c’est de tout cela que s’est formée la conscience sensible avec laquelle j’ai marché, cette nuit-là, au bord de la mer. Et ce qui a surpris chacun des amants chez l’autre amant, ce que la femme a toujours caché à ce mari auquel elle appartient, ce que la mère pense de l’enfant qu’elle n’a jamais eu, ce qui n’a eu de forme que dans un sourire ou une occasion, à peine esquissée, un moment qui ne fut pas ce moment-ci, une émotion qui a manqué en cet instant-là – tout cela, durant ma promenade au bord de la mer, a marché à mes côtés et s’en est revenu avec moi, et les vagues torsadaient d’un mouvement grandiose l’accompagnement grâce auquel je dormais tout cela.»
Le livre de l’intranquillité,
Fernando Pessoa

J’espère faire encore un long beau, longo voyage en sa compagnie.

Mais revenons à ce moi qui vous écrit.
Bonjour, Bom dia, Guten Tag, Hell’O World !

Que-suis-je ? S’écria en lui la pulsion vitale.

Christophe Riedel Portrait Harcourt

Journaliste & chargé de com quadrilingue « tout terrain »

Journaliste indépendant depuis la belle Lurette, parfois chargé de communication, je joue de plusieurs cordes sans trop grincer  :

Voyages, tourisme, éviddemment, mais aussi environnement , culture, art de vivre (pour ne pas dire lifestyle, anglicisme du moment) en passant par l’économie sociale et solidaire (Fondations, mutuelles).

Du social, du high tech, de la bancassurance. Même des grues finlandaises à l’occasion. La pâte à papier des finlandaises forêts aussi. Tout savoir est saveur et j’ai visité bien des sites de production que je n’eusse sinon jamais connu… 

Je parle 4 langues (allemand, français, anglais et portugais) avec aisance. Parisien, Germano-portugais d’origine, donc animal à triple regard. Chez lui au Brésil, au Portugal comme en Allemagne, bien moins qu’en France où  il réside depuis si longtemps à Paname, sans panama.

Toujours un peu l’arrière-train de vie coincé entre trois cultures et chaises sociétales, donc. Ce qui est source d’enrichissement, avant tout…Zoom blog en abyme

Ce blog entend donner un angle un peu unplugged aux sujets abordés. Je veux dire faire jet et don d’écrits  tant soit peu moins formatés. Où je laisse vraiment mes pensées randonner et circonstancier à leur guise, sans me censurer ni me soucier du journalistiquement correct.

Voici une sélection d’articles, d’humeurs
pour multiplier les regards
sur les facettes et humeurs
de mon travail de
boule à facettes
s’inspirant de tous les secteurs et champs d’expérience traversés, histoire de se coucher moins bête (et un poil plus humaniste) le soir…
Travail sérieux, rigoureux, mais ne se prenant pas au sérieux. Ce serait soporifique ou vaniteux comme ces tonnes de parutions inutiles dans le monde de l’édition.

Il y aurait aussi un fablab en forme d’autel. Pour (re)composer sa propre micro religion…. 

Une religion spinoziste amoureuse de la Nature, hélas viciée par les hommes.

Pour Spinoza, l’idée de Dieu, en tout cas du divin, était partout présente, dans chaque détail de la Nature, composant un panthéon de toutes les beautés paysagères et naturelles du monde. On y ajoute tous les arts et sciences humaines aimés, en un panthéon baroque ou austère, selon la tendance de chacun.

voici pour ce faire un Kit spirituel.

A Base de pierres et roches ramaimėes, 10 voyages énumérant : 

11825966_10153543327008734_909068994943519059_n
– A gauche, Bribe de roche roche jaune et blanche lavée par des millénaires de lit du Tarn, près des gorges du Tarn. elle dut en avoir passer, des vivants, pèle-mêle embarqués au-dessus d’elle…

  • Ardoises alpines,
  • volcan des Açores (Pico),
  • Marbre du Var (utilisé pour 4 pots géants de l’artiste Jean-Pierre Raynaud au Domaine de Barbossi, près de Cannes-Mandelieu),
  • Cristal de roche de la Serra da Estrela (Portugal),
  • Brique rouge gravée d’Iris,
  • verre soufflé du site verrier de Meisenthal (Moselle),
  • Brique godillot de plage nordiste érodée par 80 ans d’écume au bas mot des abymes, vue du dessus.

11825664_10153543327133734_5154833699901272869_n

=================

Revenons à l’esprit de ce blog

 

Ce blog sert à éviter de façonner les seules formes publiables, bien emballées et papillotées, avec des effets pour ne pas fatiguer ce lecteur rare. Comme la plupart des livres envoyés aux éditeurs. Mon blog est la pulsion de l’indicible manque qui découle de l’absence d’oeuvre. Un jour, il faudra tout de même que j’expulse ce Bartleby hors de ce corps. Que  je publie si je m’aime, me suis-je laissé dire.

Pro et perso, qu’importe le calice des facettes et sujets ici abordés, pourvu qu’il y ait passion & délice ! On serait tenté d’ajouter, comme Georges Clemenceau, que :

« Le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir… »

Et de devenir, à son instar, un animal politique à facettes beaucoup plus stroboscopiques ? J’en doute, mais dois concéder que la misanthropie est plus aisée que la douteuse conduite du pouvoir…

Pour partager quelques instants photographiques :

Twitter ici,  Flickr avec des cool& soul memories. Un zeste de Pinterest tente d’organiser mes passions en quelques albums :  cela va de  A comme Architextures à Lisbonne/Portugal, en passant par mes artistes favoris (quelques centaines de toiles et photos), sans oublier Mes Parallèles potentiels. Et un fourre-tout sublime dans However et Trips & Tips.

Insta est là. Mais je me le suis fait hacker par des diables russes et un bot vicieux l’automne dernier. Pffff…

=====================================

Petite profession de foi biographique

Surmoi, Alter & Ego, What else ? Parvenir à être pluriel, tout en restant singulier se perdre dans la nasse des étoiles, sans en faire le tour. Plus d’instants jouissifs qu’on ne veut bien l’admettre, 1876 lieux de mieux à voir, le temps d’une scie, le temps d’une vie.

Au café de l’existence, ma commande à un serveur fictif (personnage d’une majesté rageante) ? « Svp, ce sera une frénésie, sans mort jamais ».

Une vie amuse-bouche spirituelle, du champagne bio pour faire passer la mousse, une curiosité absolue.

LePromeneurPromeneur au-dessus de la mer de nuages, Caspar David Friedrich, 1808. De lui, j’ai le côté observateur, ce respect quasi religieux pour la toute puissance de la nature, hélas mise à mal par l’homme allant à sa perte. Mais contrairement à ce wanderer (randonneur) posant de dos sur son pic immaculé, je me situe en-dessous de la mêlée. De côté, syncopé. Avec en tête toujours quelques Lieder au piano de l’ami Franz Schubert, remixés parfois par des sons plus contemporains…

Un petit débat pour le plaisir

Quel est le degré de compr/omission/’autocensure que l’on accepte dans la mise en scène de nos sujets écrits ou vidéo ? Bref, le récit ou storytelling, si l’on me pardonne cet anglicisme en vogue. Un intéressant sujet de débat AJT à organiser, peut-être ? Cela étant dit en toute pertinence.

A preuve, cet extrait d’article :

« En 2013, le site américain Gawker avait contribué à théoriser cette tendance consistant à tout considérer de manière positive, en se parant de gentillesse et de politesse, quitte à vider complètement son propos de substance et de nuances.
On a appelé ça le « smarm ». Gawker citait un responsable de BuzzFeed, qui lui-même citait une phrase de Panpan, le lapin de Bambi, comme emblème de cette attitude :
« Si vous n’avez rien de gentil à dire, ne dites rien. »
Dans Vanity Fair, Richard Lawson appelle cela

« cette nouvelle gentillesse, irréfléchie et creuse, qui occupe une grande partie du territoire de YouTube »

 Pas que de YouTube, d’ailleurs, qu’en pensez-vous ?

 

==========================

* Clemenceau qui a aussi dit  cela, que je reprends allègrement :

« Il y a en moi un mélange d’anarchiste et de conservateur dans des proportions qui restent à déterminer. » »

Voici-dessous sur cet homme d’Etat quelques faits : par exemple, la lettre J‘Accuse au sujet de l’afaire Dreyfus, c’était son titre dans son journal, il était ami de Zola.

Bonus : quelle est l’origine du vieil argotique terme Paname pour désigner Paris ? Il découla de la mode des chapeaux Panama portés dans la capitale pendant la construction du canal éponyme…

Quand éclate le scandale de Panamá (1892), Clemenceau, dont le journal la Justice est commandité par le douteux Cornélius Herz (impliqué dans le scandale comme maître chanteur), est attaqué avec les « chéquards », députés mis en cause pour des faits de corruption. Accusé par Paul Déroulède de servir l’Internationale des riches, il se bat en duel, sans résultat, contre le député nationaliste (23 décembre 1892). Le chef radical, qui sent le vide se faire autour de lui, est battu aux élections de 1893.

Autour de l’Affaire Dreyfus

Seuls des peintres et des écrivains (Alphonse Daudet, les frères GoncourtÉmile Zola) conservent des liens étroits avec lui. C’est Zola qui va lui permettre de reparaître au premier plan. Clemenceau est l’éditorialiste, depuis octobre 1897, du journal l’Aurore. À la une de l’Aurore le 13 janvier 1898, Zola publie le célèbre « J’accuse » (titre qu’a trouvé Clemenceau), qui relance l’affaire Dreyfus. Clemenceau plaide en faveur de Zola lors de son procès et prend fait et cause pour Dreyfus. Si bien que la réhabilitation de Dreyfus, c’est aussi un peu la sienne.

Toutefois, ni Pierre Waldeck-Rousseau, ni Émile Combes, ni Maurice Rouvier ne veulent de lui dans leurs cabinets. Au début de 1901, Clemenceau fonde l’hebdomadaire le Bloc, où il attaque à la fois le socialisme embourgeoisé de Jaurès et la politique coloniale, sociale et idéologique de Waldeck-Rousseau et de Combes.

En 1902, il est élu sénateur du Var – département qu’il représentera à la Haute Assemblée jusqu’en 1920 – et c’est alors à la tribune de la Haute Assemblée qu’il va désormais faire sentir l’aiguillon de la gauche radicale. Celle-ci semble d’ailleurs promise à un brillant avenir. Pour ma part, dans le grand bestiaire des êtres humains,  je crains d’être un vanneau huppé, volatile non dénué de quelque toupet sur un front point trop dégarni pour sa tranche d’âge… Et attendant quelque Nouvelle donne qu’il s’en veut vaguement de ne pas ornanscréer lui-même, à force de contestable misanthropie…

ci-dessus : Le Désespéré, autoportrait de Gustave Courbet, à 25 ans…
Ci-dessous : Le régénéré, portrait par le studio Harcourt de l’auteur, petit corps céleste, à 50…
(maigrissime & sérénissime, au mitan des années 2010)
Christophe Riedel Portrait Harcourt

Journaliste & chargé de com quadrilingue « tout terrain »

Journaliste indépendant depuis la belle Lurette, parfois chargé de communication, je possède plusieurs cordes à mon arc :

de l’environnement au tourisme, en passant par économique, social, high tech, bancassurance et économie sociale et solidaire (Fondations, mutuelles).

Je parle 4 langues (allemand, français, anglais et portugais) avec aisance.

Textes et photos de ce blog sont bien sûr soumis à la législation des droits d’auteur et au Code de la Propriété Intellectuelle (CPI).

Mon jardin secret portugais

My own secret Lisboa

 

Mes parallèles potentiels https://fr.pinterest.com/christopheriede/parall%C3%A8les-potentiels-my-blog/

Mes artistes de coeur https://fr.pinterest.com/christopheriede/artistes/

Architecture, une passion for ever, j’en adore les compositions : Mes architextures en témoignent

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 46 000 fois en 2014. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 24 spectacles pour accueillir tout le monde.

Petit cas d’école : nous sommes invités à voyager (faute de pouvoir prendre en charge les frais par nous-même comme, jadis, un Valéry Larbaud dilapidant un fabuleux héritage pour ce faire).

Invités 3 jours ou 4 à létranger, parfois 5, presque jamais plus pour parler de lieux comme si nous les avions intimement connus. Ce sont en fait des repérages. Nos collègues des chaînes TV et des grands médias de presse écrite print argentés restants (une quinzaine par pays) reviendront avec un caméraman pour monter ensuite  un vrai sujet de longue haleine.

Nous, non. On bricole comme l’époque, avec des textes de plus en plus petit et des photos et légendes de plus en plus grandes. Pour favoriser une approche transverse, composite, faite de « différents niveaux de lecture ».

Car presque tous les internautes, vous et moi, et autres lecteurs de presse ne lisent plus qu’en diagonale.

Zippent, zappent, comme l’époque pourvoyeused’images creuses et de fils d’infos et flux RSS sans fin les y invite…

Voici en cerise sur la mémoire

Quelques récents cheminements (2015)

pour conclure sans jamais conclure :

======================================

Une fois l’an ressortent des placards les bus à impériale, dont l’enfantMoi connut la fin vers 1972. Ligne 30 ‪#‎paris‬‪#‎zaziedanslemetro‬‪#‎exercices‬ de style ‪#‎christopheriedel‬

Bus Imperiale

=============================================

Rubrique « Sic transit gloria mundi des flux sans fin » : on annonce le bouton dislike/j’aime pas FaceBouc. Le « rien à f… » et « gardez vos humeurs « se feront attendre jusqu’à complète disgrâce de ce réseau ?

12029566_10153658620143734_3008441284451562348_o

Irremplaçables cartes postales : substance, essence, matérialité d’une missive fictive. ‪#‎cartespostales‬‪#‎ecriture‬‪#‎writing‬‪#‎postcard‬‪#‎whoknowswhere‬‪#‎towhom‬‪#‎envoi‬‪#‎send‬‪#‎mailbox‬‪#‎fiction‬‪#‎love‬‪#‎lips‬

================================================

Aligner les cailloux des souvenirs trépanés ‪#‎toursaintjacques‬‪#‎paris‬‪#‎remember‬‪#‎remembering‬‪#‎jemesouviens‬‪#‎light‬‪#‎makeyourownofalmosteverythingmet‬

12027273_10153654201263734_5079752589190045933_o

===================================================

Scène jardin, fleur de chat, château lumière en Espagne, désidératas, taffetas, idées sans crépuscule. Petits plaisirs majuscules ‪#‎jardin‬‪#‎makeyourownreligion‬‪#‎whateveryoufeel‬‪#‎whateveryoulove‬‪#‎whateveryouloveyouare‬‪#‎petitsplaisirs‬‪#‎petitsplaisirsdelavie‬‪#‎satisfaction‬‪#‎whateveryouare‬‪#‎whoknowswhoheis‬

12010580_10153635438273734_6298692550235919858_o

‪#‎makeyourownreligion‬ of lave, left loves & leaves ‪#‎ChristopheRiedel‬‪#‎mafournaiseintėrieure‬

=================

11952745_10153631346103734_1010238065778461465_o
On dirait Le Corbu, non ? En fait, à gauche, la silhouette est celle de l’ambassadeur de Suisse du moment…
=================================

Au Château d’If, bâtir des songes de fin d’été. ‪#‎marseille‬‪#‎frioul‬‪#‎ChristopheRiedel‬‪#‎hopitalcaroline‬

11223890_10153608935138734_8687501954698890874_o
==========================================
11896311_10153608493193734_3940967278446900469_o
Sur la Route Napoléon, il y eût une aquarando à 12° dans les gorges du Verdon dont je crus qu’elle aurai ma peau (l’eau glacée sous la combinaison),1 lost caravane, du bleuDubonnet place Tivoli à Sisteron. ‪#‎GR406‬‪#‎routenapoleon‬‪#‎visit04‬‪#‎ChristopheRiedel‬
11953481_10153608474628734_2856058876362438533_o
====================================
Thym glané en escaladant les Pénitents des Mėes, cairn et pommette de la Route Napoléon, figue de 72h en bas de ‪#‎Moustierssaintemarie‬, doudou mascotte de ‪#‎digneslesbains‬ , Sirop citronnelle Monin mélange avec feuilles et infusion de verveine de la ‪#‎villagaïa‬ , eau florale d’ ‪#‎immortelle‬ du‪#‎parcbotanique‬‪#‎saleccia‬, chute de talon métallique ramassé au pied de la forteresse de Sisteron. Un conte rond. ‪#‎visit04‬‪#‎alpesdehauteprovence‬‪#‎routeNapoléon2015‬
11879173_10153600802388734_4119861684441071819_o
===================================
21 terres de‪#‎dignelesbains‬, oeuvre (que j’envisage) de ‪#‎hermandevries‬.
Étoiles fossiles de Saint-Vincent serties en bijoux/
Le tout au Musée Gassendi de Digne-Les-Bains, un très réussi
Cabinet de curiosités où le contemporain rėinterroge les collections. ‪#‎visit04‬‪#‎alpesdehauteprovence‬
11951523_10153600818223734_1115325255295622170_o
=============================
11896301_10153599005143734_4954053052956947888_o
================================
Achevons ce périple par un petit film de voyageOcres du Roussillon, main tendue
Ocres du Roussillon, main ouverte, main tendue…
Ci-dessous, de la Concorde on se dirige vers la région portugaise du Douro. Après le pont Eiffel de Porto,130 kilomètres, bien des vignes circulaires plus tard…
SixSensesDouro @ChrisRiedel
On arrive au Val Abraham, devenu un
Val Abraham Hotel Six Senses View from the West.jpg 140x87
Manoel de Oliveira y tourna en 1993 une adaptation de la flaubertienne héroïne
Emma Bovary, via l’écrivai, Agustina Bessa-Luis …
Val Abraham
Avec Léonor Silveira, qui me rappelle ma lointaine amie Maria (de Medeiros). En ascenseur sur Douro, partons en vidéo maintenant !
PS : quelques données fiables que j’ai longtemps cherchées sur la voracité énergétique des usages web :
Un mail avec pj = une ampoule allumée pendant une heure.
Si internet était un pays, il serait le cinquième consommateur d’électricité mondial.

Le web représente 2% des émissions gaz à effet de serre. 

Les seuls appareils en veille représentent l’équivalent de 2 centrales nucléaires.
Penser a éteindre la box la nuit…

Poème bonus

Inverser la polarité ?
Découvrir cette chère altérité
Nonobstant le trop de proximité,
Miser sur l’indéniable complicité ?
Las, parce que si proches, lointains !

Manifeste bonus 

Plus ou moins l’infini
123 soleil !

Quelques exoplanètes en devenir,
sexpresso, Surmoi, Alter &Ego, What else ?
Parvenir à être pluriel, tout en restant singulier
Se perdre dans la nasse des étoiles, sans en faire le tour
Plus d’instants jouissifs qu’on ne veut bien l’admettre,
1876 lieux de mieux à voir une une nuit le temps d’une scie d’une vie.
Au café de l’existence : Une commande à un serveur fictif (personnage d’une majesté rageante) : »Svp, ce sera une frénésie sans mort »
pour tout amuse-bouche
et plein de champagne bio pour faire passer la mousse !
Enherbement en guise de plan de carrière
Confusion sexuelle chez les papillons
noeuds gordiens, fruits tropicaux et absence de points retraite.

Etant donné que…

Chaque invitation au voyage non préméditée est donnée comme équivalant à deux années de points-retraite non accumulés, 37 ans de cigarettes/ autant de courses à pied valant tout autant, calculez le nombre d’années perdues ou gagnées. Faites revenir aux petits oignons des meilleures intentions du monde (pavé d’enfer). Procédez à une réduction du surmoi judéo-chrétien engendrant mauvaise conscience.

Jouissez du résultat jusqu’à ce que réincarnation s’ensuive.

Ou que résilience s’ensuive ? Une notion qui m’est chair(e) :

La résilience

La résilience est un concept à la fois très ancien et très récent. Il a été utilisé pendant l’antiquité dans des écrits stoïciens, de Sénèque, Pline, Cicéron. Dalleurs, le terme résilience provient du verbe latin *resilio, *ce qui veut dire « sauter en arrière ». On l’utilise donc comme « rebondir, résister ». Ainsi la résilience se définira aujourd’hui, dans la majorité de cas, comme la faculté de rebondir malgré des chocs, des catastrophes, des épreuves ou des traumatismes.

À l’origine, ce terme a été utilisé en métallurgie, et il désigne une qualité des matériaux qui se manifeste par leur capacité à retrouver leur état initial à la suite d’un choc ou d’une pression continue. Un métal soumis a une forte pression qui le fait tordre est capable de retrouver sa forme. Ensuite la résilience s’est étendue sur les capacités des individus et des groupes a continuer à se développer malgré des évènements déstabilisants, difficiles ou traumatisants. A part en métallurgie, ce terme est utilisé pour la première fois en 1955 par Emmy Werner à Hawaï qui a étudié les enfants en difficulté. Elle a essayé de comprendre quelles ont étés les facteurs qui ont permis a ces enfants à se reconstruire et à mener une vie équilibrée. Les études de psychologie se sont penchés la dessus et un certain nombre des facteurs ont pu être dégagés : La capacité à résoudre des problèmes, des traits individuels de caractère comme la connaissance de soi, l’autonomie, l’estime de soi, la confiance, l’altruisme, la sociabilité et l’habilité à trouver un soutien ou des soutiens (Boris Cyrulnik en est l’évangélisateur, on le sait).

En fait, il s’agit de développer chez les individus ces qualités pour surmonter les traumatismes ou a les préparer à réagir dans des situations de risque. Cf son apport à la stabilité dans un monde très mouvant, son utilité dans la reconstruction de l’estime de soi.

C’est dans ce sens que les études sont menées en psychologie. Ce concept, depuis une dizaine d’années, a été appliqué dans de nombreux domaines. Dans l’organisation des entreprises, en écologie, en informatique, en médecine, en éducation. Voire dans l’art, confronté à la prolifération d’œuvres éphémères…

En résumé, ici, que l’on s’adonne à la joie et à l’intranquillité d’exister…Paris JR artist at The Louvre.jpg

 

2 réflexions sur “Æ propos de l’auteur

  1. Witold dit :

    Bravo pour vos impressions, je suis adepte du parc et de sa terrasse depuis bien longtemps. c ideale pour se vider la tete d’y aller courir. bien a vous et continuez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 078 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :