Auvers-sur-Oise : impressionnisme, dîners éclectiques, absinthe

2

mars 28, 2017 par Parallèles Potentiels

Une saison culturelle impressionniste, des dîners éclectiques, voire excentriques, de l’absinthe en art au musée ? De tout cela vous pourrez faire le plein à Auvers-sur-Oise.

Sortir, disaient-ils, naviguer et peindre, disait-il. Il eut pour cela deux bateaux, le Bottin, puis le Botin, Charles-François Daubigny. Avec un pareil prénom, il fit aussi partie en son temps du Bottin Mondain après sa réussite, certaine. Il est moins connu que Cézanne, qui vint le voir, Monet, Pissaro ou Corot, qui, déjà âgé, conçut les plans de son bel atelier à Auvers-sur-Oise.

Atelier qui laisse rêveur en y entrant et sortant. Resté dans son jus, plus vrai que nature, comme un décor de théâtre qui semblerait presque exagéré. Pourtant bien réel, et décoré par plusieurs artistes dans les pièces adjacentes. Beaucoup de charme.

Daubigny aimait et propagea la peinture de plein air, son fils s’y mit aussi ensuite. La maquette de son second bateau, est dans son atelier, toutes voiles dehors. Il aurait eu 200 ans en 2017, on se contentera de son bicentenaire à l’honneur à Auvers.

Son pied-à-terre était la base  de ses excursions à Pontoise ou L’Isle-Adam avec son bateau-atelier « Le Botin ». Chose savoureuse, on le reconstruit : il sera remis à l’eau pour les Journées du patrimoine en septembre 2017. On aimerait y faire un tour.

17522927_1769172606730160_4131701308721378241_n

Daubigny, mine de rien, révolutionna  la façon de peindre l’eau et les îles. C’est en cela qu’il amorce, annonce en précurseur l’impressionniste. Dans le pré, dans les bois, au sommet des collines aussi. C’est ce qu’on découvre en allant, de préférence après sa maison-atelier, dans son musée.

Dans l’entrée, le superbe « crépuscule à La Concorde » ci-dessous semble surgir d’avant-hier, quand on sortait du métro en voyant des touristes y selfier. 90 oeuvres originales, tableaux, gravures ou encore dessins sont là, l’expo vient de Cincinatti.

Quelques belle lignes de Télérama

« L’importance de Daubigny, qui se déclare, en 1865, « chef de l’école de l’impression », ne s’arrête pas au tableau lui-même. Membre du jury des Salons de 1866 et 1868, il fait accepter les jeunes Pissarro, Renoir, Cézanne, Bazille, Degas, Monet, Sisley et Berthe Morisot. En 1870, réfugié à Londres durant la guerre, il présente Monet à son marchand, ­Durand-Ruel, qui deviendra le soutien des peintres impressionnistes. Vers la fin de sa vie, Daubigny rencontrera des problèmes avec la critique et l’institution. Présenté au ­Salon de 1873, La Neige est sévèrement jugé car on pense la toile inachevée. Or, c’est cette même accusation que ­subiront en 1874 les œuvres des jeunes impressionnistes :

ils ne finissent jamais leurs tableaux.

Dieu que cétait bête…

17426350_1769172600063494_8879894409535664266_n

De l’autre côté d’Auvers

Après l’indispensable Auberge Ravoux où l’on va en pèlerinage sur les pas de Vincent Van Gogh (qui y habita et fut à l’honneur lors des premières éditions du festival impressionniste de la commune, voir mon article ici) on tire un bord vers la Maison du Docteur Gachet, son médecin.

Il était bien plus que cela, psychologue, homéopathe avant l’heure et… agitateur culturel.  On dirait aujourd’hui qu’il était organisateur de soirées et en dessinait les invites, aux côtés d’autres illustrateurs. C’étaient…

Les dîners des Eclectiques

C’est le nom de l’expo dans la Maison du Docteur Gachet jusqu’au 25 juin. Elle est remplie d’hilarants faire-part d’invitations (les flyers de l’époque), aux dîners des Eclectiques. Cette société savante, dont le docteur Gachet était membre, rassembla de 1872 à 1903 artistes et intellectuels un lundi par mois .

il y avait aussi les dîners des Excentriques, dirigés par Alphonse Allais, l2douard Baer de l’époque, en un sens, mais en version home de lettres complet, qui annonçait déjà l’inspiration de mouvements à venir comme Dada, puis l’Oulipo.

Une invitation gravure était réalisée par des artistes membres. Un bonne partie des 300 invitations et compte-rendus de dîners est exposée, ce sont des eaux-fortes. Esprit rigolard, clins d’oeil irrévérencieux sur les sujets les plus divers, des expositions universelles aux dégâts de l’alcoolisme.

Alcoolisme dont on pourra découvrir la drôle de bodega, ou disons la saga, en dessins et ustensiles liés à son service au fabuleux petit Musée de l’absinthe.  A 500 mètres de là. Après le plant d’absinthe dans le joli jardin (comme celui de la maison du Docteur Gachet à plantes aromatiques) on s’enfonce dans une inestimable collection.

La aussi, c’est fimique, c’est documentaire aussi, il y a toute le raffinement dont les orfèvres sont capables. Une femme ténébreuse, héroïne d’opéra ou de roman noir, dessinée par le grand Félicien Rops, côtoie une compression de César encadrée. Et bien d’autres dessins qui laissent bouche bée. L’allure d’ensemble est saisissante.

Dégustation si l’on veut en sortant, mais c’est un option, pas une incitation. Car l’absinthe, (comme bientôt le bateau Botin) a de nouveau le vent en poupe. Rasurez-vous : la fameuse molécule active dedans, (la thuyone) est cent fois moins puissante depuis sa réintroduction en 2010 qu’un siècle plus tôt à son interdiction. Ouf !

17499095_1769173040063450_3041188969423475782_n

Imaginaire puissant que celui de l’absinthe, ici servie par la dame propriétaire du musée. Celui des impressionnistes est le plus souvent beaucoup plus bucolique. Pas besoin d’avoir le pied marin pour marcher ici sur leurs pas.

jusqu’au 17 septembre 2017, Saison touristique et culturelle « Sur les pas de Daubigny, aux sources de l’Impressionnisme »

Pratique : 30 minutes de Gare du Nord

Train direct les week-ends et jours fériés en 30 minutes, dans le « Parc Naturel Régional du Vexin Français », jusqu’à Auvers-sur Oise (gratuit en dézonage avec Navigo).
Du 01/04/2017 au 29/10/2017
Aller: départ à 9h38, arrivée 10h22
Retour: départ à 18h32, arrivée 19h05

Office de tourisme d’Auvers-sur-Oise

Et mes articles passés sur VVGogh

https://christopheriedel.wordpress.com/2015/08/11/grand-atlas-van-gogh-itineraire-dun-peintre-pas-gate/

https://christopheriedel.wordpress.com/2014/07/12/van-gogh-a-auvers-70-toiles-70-jours-ses-derniers/

Publicités

2 réflexions sur “Auvers-sur-Oise : impressionnisme, dîners éclectiques, absinthe

  1. BG dit :

    sans oublier le festival de musique d’Auvers sur Oise….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 081 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :