Tout ce qui ne me meut pas me rend plus saur

Poster un commentaire

décembre 11, 2016 par Parallèles Potentiels

Tout ce qui ne me…  pas me rend plus…
« Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort. »
Le crépuscule des vieux dieux.
Je permute en : Tout ce qui ne me mue pas me lancine fort.
Je subterfuge en : tout ce qui ne me rue pas me rend plus tort.
J’algorithme en : Loup qui ne se rend pas se tend plus fort (de café ?)
On la doit à qui, chers amateurs de croquettes de savoir en alternance avec du Gagafun, de l’infotainment easyreading sur Internet, la citation ?
Cochez la bonne case pour cette variation possible, très oulipienne dans l’âme : une série, que dis-je, une trainée d’aphorismes au réveil, inspirée par la célèbre citation…
Du philosophe allemand moustachu le plus connu.
Avant ou après Arthur Beckenpenhauer, footballeur philosophe des années 80 ?
Friedrich N. fut un temps récupéré par un fou dictatorial moustachu ,via un compositeur grandiloquent à tignasse XIX : DJ Rich Wagner. Dont la fille fascisante fit du sale boulot de lobbying. Genre, le surhomme, c’est notre créature, c’est l’aryen. Enfin, toutes ces sornettes à sonnette de crotale nazi.
Pas de sa faute, à Friedrich, si le Reich III lui bouffait les pâquerettes : il était mort depuis belle Lurette, après avoir été rendu fou par la souffrance d’un cheval molesté par son maître.
Donc, on y va, on joue la ligne de démarcation :

Tout ce qui ne me tue pas me rend plus…

faible\fou\toutou\loup\genou\caillou\hibou\mou\cou\toutBonus : Roux, roue, roué ?

3 choix possibles : C’est à vous, mes chers contemporains…
Photo : A dog day s’étirant sous un arbre, Montmartre, Paris, France

L’image contient peut-être : arbre et plein air
Christophe Riedel
Christophe Riedel C’était le maillon faible, car implicite.
Maître Philippe
Maître Philippe Pou ???? Bon d accord
Christophe Riedel
Alain Lejeune Secours
Alain Lejeune Secours En vérité c’est la photo que je « like » 😉
Christophe Riedel
Christophe Riedel Grand bien vous en fasse. Tout ce que l’on aime vous rend plus…
Christophe RiedelChristophe Riedel Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus… Loup pour l’homme. Cela sonne comme un nom de nouveau shampoing aussi.
Christophe Riedel
Votre réponse…
Christophe Riedel
Christophe Riedel Ce qui ne vous sue pas vous glande sudoripare ?
Robert Conrad
Robert Conrad Ripou prend aussi x au pluriel …
4 réponses
Jean-Jacques Pinto
Jean-Jacques Pinto Tout ce qui ne me tue pas m’hareng plus saur…
Christophe Riedel
Christophe Riedel Les plus forts de la farce deviennent tribuns politiques : ils harangent les foules
Christophe Riedel
Christophe Riedel ils les arrangent bien…
Christophe Riedel
Christophe Riedel Tout ce qui ne me nuit pas me rend plus fort… de mauvaise foi ?
Christophe Riedel
Christophe Riedel Tout ce qui ne me tue pas, me rend pou rippou, prompt aux bijoux ?
Christophe Riedel
Christophe Riedel Tout ce qui ne me tue pas me tend plus fort.
Christophe Riedel
Christophe Riedel Ad libido libitum…
Christophe Riedel
Christophe Riedel Tout ce qui ne me mue pas m’étend plus fort. Variation autour de : Rien ne se perd, tout se tranborde…
Christophe Riedel
Christophe Riedel Tout ce qui ne me tue pas me ment plus fort. Emile Cioranstyle…
Gerard Tanguy
Gerard Tanguy tout ce qui ne me tue pas me vise encore
Maître Philippe
Maître Philippe Tout ce qui ne me tue pas me donnne du rend’ment plus fort
Christophe Riedel
Christophe Riedel Variation du lundi
Toutou ne me tue pas. Il tend plus fort.
Sur la laisse de la condition humaine ?
Christophe Riedel
Christophe Riedel Variation sur une danse don :
Tout ce qui ne vous tutu pas vous parle en corps.
Christophe Riedel
Christophe Riedel Et puis quoi en corps ?
3 réponses
Maître Philippe
Maître Philippe Tout ce qui ne vous turlute pas vous colle au corps
Christophe Riedel
Christophe Riedel Vous colle au coeur et au corps. On dirait du Gotainer pour Banga…
5 réponses
Christophe Riedel
Christophe Riedel En mode prophétique : Ce qui ne fut pas sera en corps
Maître Philippe
Maître Philippe En mode vigneron ce qui ne fut pas sera amphore
Mourad Louahab
Mourad Louahab Ce qui ne tu pas rend vous
Christophe Riedel
Christophe Riedel en mode prédicateur de l’apocalypso : Ceux qui ne me crurent pas moururent plus fort !
Maître Philippe
Maître Philippe Et à la mode du créateur de cette belle citation j ai nommé F Nieztsche qui était ami avec Jeanne la Pucelle ceux qui ne m ont pas cru m auront cuite
Christophe Riedel
Christophe Riedel Vous confondez : le moustachu charismatique était l’ami de Jeanne Masse et Lou Andrea Salomé..
Maître Philippe
Maître Philippe Jeanne mass j étais au courant de cette liaison avec lui mais lou c était avec Paul Ré
Christophe Riedel
Christophe Riedel Et Friedrich Nietzche rn amoureux transi parcles yeux de Lou. Ce qui.nevle rendit pas plus fort.
La vue d’un cheval mis à mal le rendit ouf, comme on sait.
Maître Philippe
Maître Philippe C est bien de lui que je parle c était le matin du 2 janvier 1889 à Turin im sortait fe sa chambre et il a vu un palfrenier taper son cheval amaigrit il a consolé l animal en lui parlant à l oreille
Christophe Riedel
Christophe Riedel Et cela est si beau que j’en defaille. D’oú cet aphorisme du matin :
Ce qui ne me meut pas me rend plus sort (du destin).
Christophe Riedel

Christophe Riedel Ma lampe de chevet hantée en témoigne. Son coeur est de cristal pourpre sur lit de glace… Avec une once de plante : L’immortelle, ma favorite.

Photo de Christophe Riedel.
Maître Philippe
Maître Philippe Ce qu il a dit à l oreille du cheval était son dernier aphorisme » tout ce qui ne pue pas sent plus fort « 
Christophe Riedel
Christophe Riedel Non, votre honneur, c’est le contraire.
Christophe Riedel
Pub pour déo : Tous ceux qui ne suent pas me mandent plus fort. Et… Tout ce qui pue me rend plus fort. Variation sur l’attrait du Pouvoir du mâle Alpha politico-financier
Maître Philippe
Maître PhilippeUn munster ferait l affaire
Maître Philippe
Maître PhilippeFaçon muzz tout ce qui pue me rend plus maure
Christophe Riedel
Christophe RiedelGare au dérapage !
===================================
Oui, je crains que cela ne soit cela : Qui m’aime me fuit…
Bonus :

Nul doute que le philosophe allemand Friedrich Nietzsche ignorait qu’une de ses phrases, «Tout ce qui ne tue pas rend plus fort», extraite de son essai Le crépuscule des idoles publié en 1888, servirait justement d’inspiration aux idoles contemporaines que sont les stars de la chanson, tous genres musicaux confondus. Et pourtant, une vidéo, relayée par Slacktory, en fait la compilation; Kelly Clarkson, Kanye West et Jay-Z y figurent.

Nietzsche a tout autant d’admirateurs parmi les chanteurs français, puisque qu’une recherche rapide sur Google nous permet de dresser une longue liste des chanteurs qui ont recours à cette phrase :

Je saigne encore de Kyo, Au soleil de Jenifer, Cramponnez-vous de Sexion d’Assaut, Ce qui ne tue pas nous rend plus fort de Johnny Hallyday, Je dors sur mes deux oreilles de Grand Corps Malade etc.

 

J’en profite pour partager ce texte, très post nietzschéen. Un constat à la désamiable, un bon siècle après le Crépuscule des dieux, qui sonne comme un manifeste de la génération née vers 1990 :

« Puisque tout est fini, alors tout est permis »

« Nous avons grandi dans une impasse. Cernés d’un réseau de petites phrases anxiogènes qui s’aggloméraient comme des narcotiques dans nos cerveaux en formation. Enfants, nous avons pris connaissance du monde en même temps que de sa fin imminente: pas un jour sans qu’on entende à la radio des nouvelles de ces deux sœurs morbides, Mme Dette et Mme Crise, dont les ombres dans nos têtes enflaient sans cesse. Finiraient-elles par exploser? Non: c’est le chômage, le trou de la Sécu et son acolyte de la couche d’ozone qui s’en chargeaient. Les tours aussi, le 11 Septembre de nos 11 ans. Dans nos têtes d’enfants saturées de ces traumatismes subliminaux, l’idée de l’Apocalypse naissait au début des années 2000.

Nous n’avions pas 20 ans: nous arrivions trop tard

Au lycée, on nous avertit d’emblée que l’Histoire était finie. On nous expliqua que Dieu, le Roman et la Peinture étaient morts. Sur les murs de la capitale, on nous apprit que l’Amour l’était aussi. Nous n’en connaissions pas le visage que déjà, nous n’avions plus le droit d’y croire. Notre adolescence a passé comme ça, sans que jamais rien ne se passe. A l’université, nous nous découvrions «postmodernes» – dans les livres de Gilles Lipovetsky, d’Alain Finkielkraut, de Marcel Gauchet. La formule, ailleurs, revenait souvent, recouvrant indistinctement tout ce qu’il y avait de contemporain: on l’accompagnait généralement d’un sourire sarcastique, que nous imitions sans tout à fait le comprendre. On nous inculquait ce schéma ternaire «prémoderne, moderne, postmoderne», grille de lecture ou tenaille qu’on nous présentait comme neutre quand, insidieusement, celle-là avait déjà décidé pour nous qu’il n’y avait plus rien à faire. On était déjà à l’épilogue du récit mondial de l’humanité. L’hypothèse communiste? Un délire de pyromanes. Mai 1968? Une bataille de boules de neige. L’idéal du progrès ? On avait vu Hiroshima. Les utopies avaient toutes été ridiculisées, la poésie rendue barbare après Auschwitz, les rêves, n’en parlons pas. Nos ambitions se réduisaient au quart d’heure de gloire warholien, un éphémère, et puis s’en va. Avec les autres époques, nous avions le sentiment de ne plus tenir la comparaison. Français, nous étions saturés de rêves de gloire en même temps que divorcés de l’Histoire – comme affligés d’un complexe d’infériorité à son égard. Toujours, et sans que nous n’ayons décidé quoi que ce soit, nous nous situions après, une génération de retardataires qui se sentaient tout petits en face des statues de pierre. Nous n’avions pas 20 ans: nous arrivions trop tard.

reykjavik-blue-lagoon-riedel

Alors que faire? Mourir, éventuellement. En restant vivant si possible. Devenir un spectre de soi-même avec l’ennui et l’orgueil comme seuls moteurs, prenant comme modèles des anti-héros mégalomanes : Michel Houellebecq («souvenez-vous-en : fondamentalement, vous êtes déjà mort»), Yves Adrien (l’auteur, virtuellement mort en 2001, de F. pour fantomisation) ou Frédéric Beigbeder («Je suis un homme mort. Je me réveille chaque matin avec une insoutenable envie de dormir»).

A nouveau que faire ?

Une autre issue: regretter. Avec Muray, Dantec et les autres, pester contre l’homo festivus. Le jour fustiger les Bisounours, puis la nuit, pudiquement, rêver aux chevaleries d’avant. A l’extrême rigueur, enfin, agir à l’extrême. Devenir une bombe, prôner la haine de l’autre, exercer la terreur; à défaut de savoir comment s’y comporter, travailler à l’extermination du monde tel qu’il est. Une nouvelle triade de la résignation: celui qui disparaît, celui qui regrette, celui qui tue. Pour les autres, il reste l’oubli: la consolation des objets, l’anesthésie par les loisirs. De toutes ces figures possibles, nous ne nous reconnaissons dans aucune. Alors, à nouveau, que faire ?

p60920-173238

La réponse est simple: renaître, comme il nous plaira. Nous sommes comme les personnages de la pièce de Shakespeare fuyant désormais un modèle de société qui nous a déjà bannis. Etant tout sauf désabusés, nous n’avons plus d’autre choix que celui d’inventer une nouvelle voie. La place est déjà prise? Trop prisée? Nous irons ailleurs, explorer. Sur les ruines des Trente Glorieuses, certains d’entre-nous au-dessous du seuil de pauvreté, nous ferons très exactement ce que nous voulons. Tant pis pour le confort, tant pis pour la sécurité, et tant pis si nous ne sommes plus capables d’expliquer à nos parents ce que nous faisons de nos journées. Nous sommes soutenus par l’amour que nous nous portons. On nous l’a de toutes manières assez répété: il n’y a plus d’issue. Dont acte.

Indépendants, multitâches et bricoleurs

A distance d’un théâtre politique dont on ne comprend plus la langue, nous aspirons à l’émancipation, quitte à consentir à une certaine précarité. Le système D s’ouvre, comme une alternative possible au salariat. Nos petites entreprises côtoient, et à nos yeux égalent, les grandes institutions. Dans les marges et grâce à Internet, nous explorons les micro-économies souples. Les intermédiaires sont court-circuités. Nous produisons et distribuons notre propre miel. Plus rien n’est entre nous et la musique: l’énergie et la foi suffisent pour la créer, un ordinateur pour la mixer et la distribuer tout autour du monde. Nous sommes cosmopolites mais pratiquons le local: dans des sphères restreintes et de fait habitables, nous façonnons des objets qui nous ressemblent, puis nous les partageons. Dans nos potagers numériques, nous cultivons les liens, IRL comme URL, échangeant nos enthousiasmes, nos connaissances et les nuances de nos vies intérieures. Partout, nous nous réapproprions nos heures. Par la conversation, nous prenons le temps d’inventer des mots nouveaux pour désigner des choses nouvelles. Nous sommes indépendants, multitâches et bricoleurs. Conscients de notre chance comme de l’effort à fournir, nous refusons le cynisme et la plainte. S’il faut manger des pâtes, nous les mangeons sans rechigner. S’il faut sacrifier les vacances, nous l’acceptons. Nous échangeons nos vêtements, nos logements, nos idées.

Sans faire de bruit, une révolution discrète, locale et qui ne cherche à convaincre personne a déjà eu lieu. Nous acceptons désormais d’être sans statut, retirés dans les marges joyeuses, par nécessité comme par choix. L’avenir est pour nous dans les friches. C’est dans les terrains encore vagues qu’adviendra une nouvelle renaissance. Nous ne réclamons ni n’attendons plus rien de la société telle qu’elle va: nous faisons. Par-dessus tout, et fragilement.

p60920-100323

Parvenu à un certain degré, le désespoir devient une panacée. Puisque tout est fini, alors tout est permis. Nous sommes après la mort, et une certaine folie s’empare de nous. Pareils à des ballons déjà partis trop haut, nous ne pouvons plus redescendre: dans un ciel sans repères, nous cherchons les nouvelles couleurs. Le monde est une pâte à modeler, pas cette masse inerte et triste pour laquelle il passe. Des futurs multicolores nous attendent. N’ayez pas peur, il n’y a plus rien à perdre.

Par Le Collectif Catastrophe publié par Tricastel Burgalat label

 Mon jeu est autre
Que
faire du moi post mortem?
Mort ou vif, je nous aimerai

 

 Je tue il

=====================

14563410_10154624257413734_4134061406695694862_n

« Plus penser que dire »
Devise de la ville de Bar-Le-Duc, Meuse. Sage adage ? Adage de chat ? En tout cas, ce chat-là, discret petit duc,au faciès sibyllin barré d’un oeil vert, approuva. Silencieusement.
On le croisa sur un parcours Renaissance barrinois. Près de Verdun. Vous savez, 300 000 hommes y perdirent la vie, leurs corps alimentant en partie les forêts qui poussèrent sur ce site sanctifié.
Autant d’arbres que de corps ? On se plaira à le croire.
Bruno DodinEn chaté ! Je suis votre félinien guide dans ce monde cruel et peu amène qui ceint notre bonne ville de Bar le Duc, ville restaurante pour ma gente à moustaches. Le passé n’est pas joyeux, et le thon est donné quand on se souvient des obus et autres enVoir plus
Sarah Kuster
Sarah Kuster« en ce 11/11, se souvient qu’une fois, toute une journée durant, il a marché sur la lune, il a circulé sur la lune dans son véhicule lunaire (une ford fiesta, si sa mémoire est bonne), il a fait des tas de tous petits pas dont l’humanité semblait bien se foutre. C’était à Verdun. »
Emmanuel Darley
Christophe Riedel
Christophe RiedelCruel, amen.
Crue hymen entre vie et sort cru… Il est heureux d’avoir été…
Postulat : la Somme des automnes Marne dans la Meuse. Et vice versa. Mais brisons la volonté de faire des mots sur des morts qui ne furent point nõtres. 🛀
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 084 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :