Emil Nolde ou le carcan d’être de son temps

3

janvier 18, 2016 par Parallèles Potentiels

 

Emil Nolde, peintre et aquarelliste né à Hansen en Allemagne, « est sans doute le représentant le plus flamboyant de l’expressionnisme allemand, bien qu’il n’aimait pas être qualifié d’expressionniste. » J’adore cet univers. Son expressionnisme aux couleurs qui pètent, parfois plus que de raison, est un constituant secret de l’infusion qu’il sut déployer dans ses toiles, parfois à la limite de l’abstraction pour ma plus revigorante joie. J’aime, je raffole de cette démesure. Parfois un brin trop expressive, d’accord.

Mais que nous importe de mourir, pourvu que ce soit à moto,  les cheveux dans le vent ?

Comme BB le chanta pour feu Gainsbourg (dans En Harley-Davidson).

Peu connu, en son temps, à fortiori aujourd’hui, Nolde n’eut pas l’usage de grosses cylindrées à forte puissance symbolique. Il fut à mes yeux un porte-voix du puissant romantisme à l’Allemande (manchmal/parfois tourmenté),  explorant une autre voie de la Nature. Comme des poses, des esquisses, des scénarios parfaits, harmonieux, si élégantes sceneries de son illustre prédécesseur : le merveilleux peintre Caspar David  Friedrich, dont certaines visions semblent parfois montéees en bavaroise mousseuse par l’esprit d’un Louis II…

Caspar David Friedrich - Der Greifswalder Hafen : Schiffe im Hafen von Greifswald, circa 1818-1820.jpgCaspar David Friedrich – Der Greifswalder Hafen / Schiffe im Hafen von Greifswald, circa 1818-1820

Né en 1867 et mort en 1956,  » il faudra attendre 2008 pour qu’une exposition à Paris soit consacrée à Emil Nolde.  Artiste inclassable, son art violent, où les couleurs se percutent, marque notre mémoire irrémédiablement. Une peinture empreinte de liberté et d’authenticité. » Ainsi parle Yoyo Maeght, historienne d’art, curatrice, critique, etc.

Emil Nolde représente aussi  un intéressant cas d’école, En tant que victime de son temps, en l’occurrence celui des tarés nazis rances : Après-guerre, il lui fut reproché un temps  de s’être compromis avec le régime nazi.

Qui, d’après ce que j’ai compris, n’ayant pas été témoin historique des faits (faute de pouvoir me mouvoir dans le temps, faute de cette subliminale  capacité de téléportation startrekienne que je déplorerai jusqu’à mon dernier jour)avait cherché à l’utiliser come tant de ses contemporains artistes. Comme  produit dérivé de l’image de marque idéologique nazie. Avant de le rejeter comme « artiste dégénéré. » ll n’a jamais été très compromis…

Quoi qu’il en soit, cela m’amène à cette vérité universelle pour tant d’artistes, que j’ai exprimée plus bas : Ne jamais confondre l’œuvre et l’homme (ou la femme). La période existentielle de Nolde, c’est-à-dire la chappe de plomb du nazisme fut propice aux errements, aux erreurs, à la compromission, à la collaboration  pour tant, y compris en France (Céline ou Pierre Drieu La Rochelle, pour en citer deux que j’estime quand même. Et même un Mitterrand se laissa envichyr, on ne le sait que trop.
Chef d’inculpation de Nolde, donc : Il se laissa instrumentaliser par le nazisme avant d’être rejeté comme « artiste dégénéré »…  
Ce qui m’amène à ce sujet pour bac philo :

Qui n’est pas un instrument de son époque ? Qui n’est pas « sur joué » par sa formation historique ? 

Oui, ne sommes-nous pas tous joués ne sommes-nous pas autant de jouets de notre temps, qui se se joue de nous qui cherchons à le déjouer ?

Mais ceci n’est pas un plaidoyer pro domo pour autant. Loin s’en faut…

Je glisse juste au passage que vivre et grandir entre 1930 et 45 (au lieu de vivre maintenant, par exemple, en train de gloser et de juger, de commenter, de jauger ou critiquer les deux petits pieds et la petite souris en main dans la bassine d’eau chaude du flux web sans fin), c’était nettement plus risqué, non ? A tant d’égards…

 

Pour quelques éclats et bribes (de Nolde) en plus

Je rapporte ici-bas tout le fil de conversation FB des amis de Yoyo Maeght, découvrant par son entremise (un samedi de janvier) la toile ci-dessous.

Photo de Yoyo Maeght.
Ca n’a l’air de rien, mais c’est vraiment quelque chose…
Dans cette conversation facebookienne à pinceaux rompus, on retrouve toute la nébuleuse de lieux à découvrir pour en savoir plus sur ce romantique méconnu que j’aimerai jusqu’à fermer yeux; quie j’aime encore plus yeux fermés.

Toujours aux limites d’une abstraction avec une belle puissance colorée!!!Je ne me lasse pas de redécouvrir chaque fois ce grand peintre!

Victoria Denim
 il faut voir le musée qui lui est consacré à Berlin. Une merveille!
Michele Lambert
 et on ne connait pas ses cartes postales humoristiques vues à Berlin en 2005 !
Nicole Djama Merlaton

Comme dit Yoyo, le plus flamboyant des impressionnistes. Magnifique ! J’aime aussi beauoup « stormy sea »

Photo de Nicole Djama Merlaton.
Alexandra Romano
 Merci pour cette découverte envoûtante
Hortense La Tour

Binôme de couleurs magique…

Michele Baraldi

J’ai visité dans ma première jeunesse le musée qui lui est consacré à Seebüll, en Allemagne du nord : ce fut une expérience absolument inoubliable… je venais de la Suède et de la Norvège, où j’avais re/découvert Strindberg et Edward Munch et j’allais en Hollande, pour re/connaître Van Gogh et ses ancêtres. Merci pour cette belle « madeleine »…

Daniele Delavaine
J’aime cette audace …
Annick Dubarry

Me voilà percutée à vie ! J’m!

Dereux Jacques
 Superbe!
Valéry Grancher
Mais adepte du nazisme ! Et rejeté par ce dernier pour sa plus grande frustration ! Donc un pur nazi !

BO : His Colours are very powerful, but sometime they are too much. Many of his paintings are thou absolute magnificante

April Avril
 Je préfère la période de ses deux danseuses

Mais c’est un peintre merveilleux par sa manière unique d’exprimer sa force d’artiste

 BC : Un grand fantasme au sujet d’un tableau jamais authentifié mais qui nous a menés jusqu’à sa Stiftung de Seebühl!
Dominique Satour
  j’aime beaucoup les aquarelles de fleurs et de bouquets
Anne Lasnier
Tres puissant je ne connaissais pas et je suis conquise….
Et peu importe les explications ne pas juger l’oeuvre avec l’homme ..

Gerald Assouline
 Seebull…
Christophe RiedelChristophe Riedel J’adore son univers.
Ne jamais confondre l’œuvre et l’homme. Sa période existentielle fut prompte aux errements pour tant, y compris en France…
Chef d’inculpation : Il se laissa instrumentaliser par le nazisme avant d’être rejeté comme « artiste dégénéré »…  Ce qui m’amène à ce s
ujet pour bac philo : Qui n’est pas un instrument de son époque ? Qui n’est pas « sur joué » par sa formation historique ? Mais ceci n’est pas un plaidoyer pro domo pour autant.

Lidwine Bied-Charreton
 Ses dernières œuvres sont des dessins ou des aquarelles, le régime nazi ayant interdit ( assigné à résidence dans sa maison ) qu’ils soit approvisionné en peinture.
Nicolas Cafay-Kauffmann

Vraiment très beau. Merci de nous faire partager toutes ces œuvres 

Jakez MassonMagnifique exposition au MASC des Sables d’Olonne il y a quelques années
Nicole Djama Merlaton
 Je ne connais pas du tout sa vie et suis surprise d’apprendre qu’il était Nazi comme Karayan il me semble. Cela me déçoit un peu comme lorsque je l’ai appris de Karayan. Cela ternit un peu leur image . Dommage !…mais ne retire rien à leur génie.

CM : Il n’était pas nazi,il faut lire le magnifique livre de Siegfried Lenz : La leçon d’allemand

Lucia Maria Tosi
 Merveilleux ces couleurs violentes
Martine Van Rompu

Votre description de cet artiste est très juste… Beauté originale, sincerité

Janine Sitjar

Y a de la sincérité, oui.

Back Jean
Autour de Nolde, je recommande la lecture de
ÉCHAPPER, roman de Lionel Duroy

Laurence Drapeau
 Très bon roman, très bon auteur
Chantal Galligani
 J’aime beaucoup cet artiste. On ressent dans sa peinture toute cette révolte latente … Son Art est fort et sincère.
Jean-Christophe Legendre
 Emil Nolde, un maître.
Quelle force! !!!
François Blin
 Très laide cette peinture , heureusement elle est signée en dollars
Thierry Kron
 Non, en DM concertos en Euro
Laure Vieux
 Incontestablement not for the sissies !!!! Bonne pioche !!!

!!!!!!

AB : Sublimissime

Acoca Henri
 Sa maison au Schleswig holstein vaut le détour
Céline Genest
 Le bonheur du vert dans tout notre blanc…..
Wylie Wong
 A major master
Gabrielle Veyrin Forrer
 Ce rose mais ce rose!
Jean Roger Pourquoi cette mode des dessins de maternelle ? aucune technique ! ! mais l’essentiel c’est que ça plaise ! c’est certainement un bon critère !
Jean-claude Grassiot Qu’ajouter à ces éloges et cette polémique sur sa prétendue adhésion au nazisme, un grand peintre qui a cru et voulu convaincre de son art, comme il se doit de l’obsession qui habite chaque grand artiste, point.
Monique Charles
 Ce n’est pas le plus beau ni le plus représentatif de ses tableaux
C’est vrai sa maison est sympa et de belles toiles y sont exposées, en particulier les petits formats réalisés pendant la guerre pour échapper à la censure nazie mais ne pas oublier de faire un tour dans le jardin qui est magnifique…
NB : avec l’aimable autorisation de Yoyo Maeght,
de tous ses amis contributeurs à cette cyber agora artistique
Avec mes Remerciements implicites.
==================================
Juteux/enrichissants  échanges, n’est-ce point ?
N’ont-ils pas pour moi la saveur du jus de grenade frais
(broyé  avec sa peau rugueuse, qui en préservait donc l’amertume par une dame marchande ambulante à roulettes)
que je bus
à la sortie du métro à Shanghai
en décembre ?
Là n’est pas notre propos :
bifurquons en pure trace vers la WikiBio d’Emil, come un roman de vie (les plus passionnants) :

Enfance et formation

Fils de paysan du Schleswig, Emil Nolde pratique la sculpture ornementale avant de s’intéresser à la peinture. Il apprend le dessin à Karlsruhe, puis à Saint-Gall en Suisse où il enseigne cette matière jusqu’en1897. Il part alors compléter sa formation à Munich, à Dachau, puis à Paris, en 1899, où il est confronté aux peintures classiques du Louvre et où il fréquente l’Académie Julian. Il se partage ensuite entreCopenhague et Berlin et séjourne souvent dans l’île d’Alsen. Il épouse en 1902 Ada Vilstrup, rencontrée à Copenhague, de 12 ans sa cadette. Il découvre les tableaux de Vincent van Gogh et de Paul Gauguinà l’occasion d’expositions à Berlin et à Weimar, œuvres qui vont l’influencer profondément. Sa première toile connue date de 1895-1896 en Suisse (Géants de la montagne).

Carrière

Il commence à exposer dès 1906, notamment à Dresde où sa peinture à thématique campagnarde, avec un traitement des couleurs vives en pâte épaisse, enthousiasme les artistes du groupe Die Brücke (Le pont). Emil Nolde s’y inscrit à partir de 1906 sur une invitation de Karl Schmidt-Rottluff. La thématique de son œuvre est alors exclusivement florale et Nolde quitte le groupe fin 1907 pour des raisons de divergence d’opinion tout en conservant des liens d’amitié avec certains de ses membres.

À partir de 1905, il s’installe à Berlin, d’abord quelques mois par an, en hiver. La vie urbaine et nocturne lui inspire de nombreux tableaux. Il y rencontre en 1907 le peintre Edvard Munch. Sa notoriété grandit et il s’inscrit à la Sécession berlinoise. Nolde est assez mal à l’aise dans ce milieu : ses toiles sont, de plus, régulièrement refusées par les expositions de ce groupe. Avec d’autres artistes (dont ceux de Die Brücke), il crée alors en réaction la nouvelle Sécession, dont la première exposition a lieu en 1910. Il est alors exclu de la Sécession. Les thèmes de ses tableaux évoluent, il aborde des sujets religieux, employant la même technique de couleurs pures en aplats. Il peint notamment un retable en neuf parties en 19111912 sur la vie du Christ. Il peint également de nombreuses marines dont certaines sont à la limite de l’abstraction. Il se passionne pour l’art primitif : en 1913 il entreprend un long voyage qui commence par une traversée de la Sibérie en transsibérien et une visite du Japon, puis séjourne plusieurs mois dans des îles du Pacifique où il peint de nombreux croquis et aquarelles. Il en reprend les thèmes dans plusieurs tableaux faits à son retour en Europe. Il arrive que Nolde détruise certaines de ses toiles quand elles ne lui plaisent pas.

Il se retire au début de la première guerre mondiale dans un village près de son lieu de naissance, puis à Seebüll où il finira ses jours en 1956. À la suite du conflit, le nord du Schlesvig, dont son village natal, a été rattaché au Danemark, d’où le fait qu’il est désormais citoyen danois, mais Seebüll se trouve en Allemagne, et Nolde réagit aux événements en patriote allemand. Il retourne alors vers la peinture florale de sa jeunesse et les paysages.

Maison Seebüll et jardin

En 1935, il adhère au parti nazi dans l’espoir d’être accepté par le régime. Il est défendu dans un premier temps par Goebbels, amateur d’expressionnisme et certaines de ses aquarelles décorent même son appartement1. Une salle lui est consacrée à la galerie nationale de Berlin. Cependant son art est critiqué par Alfred Rosenberg qui a les faveurs d’Hitler en matière culturelle, et, dès 1937, il est tenu en suspicion par le régime : le 23 août 1941Adolf Ziegler(de) lui enjoint de cesser de peindre, ce qu’il refuse de faire2. Nolde est alors expulsé de l’Académie des arts. Au cours de la campagne contre « l’Art dégénéré », un grand nombre de ses œuvres (1 052 exactement) exposées dans les musées allemands sont confisquées et certaines sont détruites sur ordre des nazis.

Il se retire alors à Seebüll et peint de très nombreuses aquarelles qu’il appelle ses « tableaux non-peints », en référence à l’interdiction d’exercer son art. Après la guerre, il reprend les grands formats et la peinture à huile, prenant comme modèles nombre de ses aquarelles des périodes troubles.

Paul Klee disait de lui « Nolde est bien plus que lié au sol, il est aussi un démon de ces régions. Où que l’on se trouve se manifeste en permanence ce parent choisi, ce cousin des profondeurs. »3

Son œuvre

La partie la plus connue de son œuvre reste ses tableaux de style expressionniste. Ses thématiques sont variées, allant du religieux aux paysages. Quelques thèmes sont plus développés, comme la danse ou les masques.

Emil Nolde a également souvent peint à l’aquarelle où il mêle aux couleurs étendues d’eau de l’encre de Chine ou de la craie. Il utilise particulièrement ces techniques durant la Seconde Guerre mondiale où il peint plus de 1300 œuvres5.

Le peintre a eu une activité importante de gravure dont la lithographie. Ses premiers essais remontent à 1907. À partir de 1913, il peint directement sur la pierre, aboutissant aux œuvres les plus achevées. Il s’adonne également à l’eau-forte et à la gravure sur bois. Il n’a cependant guère poursuivi son œuvre gravée au-delà de 1926, même s’il existe une série de six planches datant de 1937. Une seule toile en France: Nature morte aux danseuses, 1914, au Musée national d’art moderne, centre Georges Pompidou.

Sa cote

* Nadja, un portrait expressionniste de 1919 a été vendu pour 2,15 millions d’euros. Ce tableau avait appartenu à l’éditeur allemand Ernst Rathenau qui l’avait laissé à Berlin au moment de sa fuite vers les États-Unis. Perdu en 1970, le tableau a été retrouvé fin 2006 dans un grenier.

Notes et références

  1. Antje Kramer, « Nolde sous le nazisme. Les tableaux non peints », dans Dossier de l’art, n° 155, 2008, p. 60-64
  2. Article de Philippe Dagen [archive]
  3. Joël Couve, « La force et son revers », dans Artension, n° 44, nov/dec 2008, p. 10.
  4. 35 × 48 cm. Berne, galerie Henze & Ketterer. Reproduction dans « Connaissance des arts », n° 668, février 2009, p. 110
  5. Antje Kramer, « L’œuvre graphique », Dossier de l’art, n°155, 2008, p. 66-72

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France •Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • WorldCat

  • Sylvain Amic (dir.), Emil Nolde, catalogue de l’exposition au Grand Palais du 25 septembre 2008 au 19 janvier 2009, RMN, 2008.
  • Gabrielle Dufour-Kowalska, Emil Nolde, « L’expressionnisme devant Dieu », coll. L’esprit et les formes, dirigée par Liliane Brion-Guerry, Editions Klincksieck, Paris, 2007.
  • Philippe Poindront, « Emil Nolde, le père des expressionnistes », dans Dossier de l’art, n° 126, p. 28-35.
  • Lenz, Siegfried, La leçon d’allemand (roman inspiré par la vie de Nolde, traduit en français en 1970 par Bernard Kreiss, où Nolde apparait sous le nom de Max Ludwig Nansen).
  • Duroy, Lionel, Échapper, roman inspiré de la vie d’Emil Nolde et du roman de Siegfried Lenz, La leçon d’allemand, Julliard 2015.

Liens externes

=================

en bonus caché, prière d’insérer ici :

Mon coeur

Baccarat mauve

servi sur lampe glaçon Ikea, cru 99

12366160_10153807311313734_5022215513534872895_o

A plus tard…

wp-1451479574767.jpeg

Publicités

3 réflexions sur “Emil Nolde ou le carcan d’être de son temps

  1. BG dit :

    Je ne crois pas qu’on puisse dire que Nolde a été instrumentalisé par le nazisme! Il a adhéré en pleine connaissance de cause, pensant y trouver quelque avantage ou simplement être laissé en paix pour créer.. Ne serait-ce pas lui qui aurait tenté d’instrumentaliser le nazisme? Mais à ce jeu il ne pouvait que perdre.

  2. BG dit :

    Nolde et le nazisme
    pour en parler il faudrait être irréprochable au niveau de sa vie personnelle.
    que notre cher blogueur fasse son examen de conscience! Il sait ce que j’évoque!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 081 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :