Habits de lumière du Génie champenois : Unesco 2015 !

Poster un commentaire

janvier 4, 2015 par Parallèles Potentiels

Bourgogne ou champagne ? Les deux, mon colonel !

« Coteaux, Maisons et Caves de Champagne  » C’était l’intitulé retenu pour la candidature à l’inscription sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco en tant que paysage culturel, soit l’intégralité de l’aire d’appellation Champagne. La cause champenoise est-elle entendue, eu égard au riche patrimoine en oeuvre ici et à son unicité depuis un certain Dom Perignon ? En partie, mais méfiance quand même…

Rien n’était vraiment acquis à l’avance. Le Proseco italien n’a t’il pas fait de même ? Le maire d’Epernay rapportait que c’est d’ailleurs la candidature italienne du Proseco qui aurait suscité, indirectement, celle de la Champagne… Sur un mode :

« Si le proseco s’y met, nous nous devions d’en faire autant… et plus. »

C’est gagné !  comme disait Dora l’exploratrice, héroïne de dessin animé que mes filles me firent connaître : Les coteaux, maisons et caves de Champagne, ainsi que les «climats» du vignoble français de Bourgogne ont été inscrits au Patrimoine mondial de l’Humanité, a annoncé début juillet 2015 l’Unesco.

Réuni à Bonn, la ville rhénane qui fut la capitale fédérale de l’Allemagne de l’Ouest, le comité du patrimoine mondial de l’organisation onusienne s’est prononcé en faveur d’une entrée de ces spécificités de ces deux régions viticoles.

Initiées toutes les deux en 2006, les candidatures champenoise et bourguignonne étaient les seuls dossiers français examinés cette année.

Une consécration qui pourrait surtout se traduire par un afflux supplémentaire de touristes en Champagne et en Bourgogne. Selon les estimations, ces inscriptions au Patrimoine mondial de l’Unesco, en gonflant la renommée internationale, pourraient générer une augmentation de la fréquentation touristique de l’ordre de 20%. La France compte désormais 41 « biens » reconnus au Patrimoine mondial de l’Unesco.


En Champagne, cette inscription concerne précisément trois sites: l’avenue de Champagne à Épernay, où sont alignées les prestigieuses maisons de négociants surplombant des kilomètres de caves où vieillissent des millions de bouteilles, la colline Saint-Nicaise à Reims, dont les sous-sols recèlent les immenses crayères antiques ou médiévales utilisées comme espace de vinification et de stockage. Et enfin les coteaux historiques autour d’Épernay, notamment ceux du village d’Hautvillers qui domine la Marne et dont la célèbre abbaye abrita le moine Dom Pérignon qui selon la légende inventa la seconde fermentation propre au champagne. Ces trois ensembles reflètent «la totalité du processus de production de champagne», considère l’Unesco.


Les «climats» du vignoble de Bourgogne sont eux «des parcelles de vignes précisément délimitées sur les pentes de la côte de Nuits et de Beaune, au sud de Dijon», précise l’organisation. Ces parcelles donnent chacune un caractère unique au vin.

Ce «paysage culturel», selon la catégorie qui lui a été attribuée dans le patrimoine de l’Unesco, «est composé de deux éléments : le premier couvre des parcelles viticoles, les unités de production associées, des villages et la ville de Beaune». «La seconde composante est le centre historique de Dijon qui matérialise l’impulsion politique donnée à la formation du système des climats», poursuit l’Unesco, évoquant un «exemple remarquable de production viti-vinicole développé depuis le haut Moyen Âge». Cette région produit les vins parmi les plus prestigieux -et les plus chers – au monde comme la Romanée-Conti, la Vosne-Romanée ou encore le Montrachet.

Philippe Lalliot, ambassadeur et représentant permanent de la France auprès de l’Unesco a déclaré à Bonn que «c’est presque une inscription par acclamation». Pierre Cheval, vigneron, président de l’association Paysages du Champagne, porteuse de la candidature champenoise, s’est lui réjoui d’un «éclairage massif sur nos territoires viticoles».

Pour Aubert de Vilaine, président de la candidature des Climats de Bourgogne, «Il y a toujours eu des synergies entre nos deux régions (…) Et nous partageons des cépages historiques. C’est une bonne chose que nos deux dossiers aboutissent en même temps». Comment le contredire ?

Nous avions rencontré Franck Leroy, Maire d’Epernay, dont on voit ici la réation au classement tant attendu, en son troisième mandat sous les lambris de son gracieux bureau, le vendredi précédant le weekend de la mi-décembre 2014 : Lors du lancement rituel de la quinzième édition des « Habits de Lumière » qui firent danser sa ville en parade le vendredi et samedi sur l’Avenue de Champagne, avec vidéomapping sacralisant la candidature derrière la Mairie. Personnifiée par une héroïne/égérie/bonne fée champenoise, belle brune, façon Laétitia Casta millésimée.
Le dimanche, place fut faite aux bolides de collection de la parade automobile qui défilèrent, en virtuoses d’élégance champenoise, sur la même Avenue de Champagne, on y était bien dans une univers féerique.
2014-12-12 19.10.55

2014-12-12 19.11.04

2014-12-12 19.12.16

2014-12-12 19.18.38

2014-12-12 19.19.04

2014-12-12 19.19.18

2014-12-12 19.19.24

2014-12-12 19.25.20
Et citait l’exemple malheureux de celle de la chaîne des Puys et de la Faille de Limagne, qui se croyait paysage volcanique unique, et fut récemment déboutée, ce qu’elle dut juger inique… Façon de dire qu’on peut toujours être renvoyé au terminus des prétentieux flingués, pour citer les Tontons flingueurs. Il y a aussi une autre candidature en cours, celle des Climats de Bourgogne, dont le Maire assura qu’elle ne ferait pas doublon, « dans la mesure où n’est pas exactement dans la même catégorie de Bien vitivinicole. » Qu’en sera ‘il à votre avis ?

Les paysages culturels sont définis par l’Unesco comme des « œuvres conjuguées de l’être humain et de la nature (qui) expriment une longue et intime relation des peuples avec leur environnement ». N’est-ce pas le cas exemplaire de la Champagne viticole ? C’est bien ce qu’entendent prouver les acteurs du dossier, dont les atouts patrimoniaux sont nombreux.Rien que les 8 crayères gallo-romaines de Reims, mes préférées, le justifieraient amplement à mes yeux. Si on y ajoute les 110 kilomètres de caves de la ville sous la ville à Epernay, ce n’est pas mal non plus… J’adore ces dédales ! Moët et Chandon (dont j’ai visité la filiale exotique brésilienne Chandon du Rio Grande Do Sul en avril avec amusement) avait d’ailleurs crée dans la sienne un parcours labyrinthique… où quelques ambassadeurs de l’Unesco, selon une récente légende, faillirent s’égarer.

Franck Leroy rapportait aussi le temps où Eugène Mercier (dont les caves sont striées par un petit train très prisé) avait fait transporter par boeufs porteurs un gigantesque foudre jusqu’à Paris lors de l’Exposition universelle de 1889. Et fait tourner à cette occasion l’un des premiers films de story telling publicitaire sur le voyage… Cela me rappela le seul phare terrestre français, l’insolite phare de Verzenay, autre rêve démiurge d’un grand négociant, Joseph Goulet (Turpin), qui voulut ainsi « éclairer ses vignerons dans leur mer de vignes » et se faire un bon coup de pub… Toujours est-il que ce phare tranformé en musée de la vigne et du vin, vu de loin comme de près, émet une poésie teintée d’insolite… Le soir, il est éclairé en alternance multicolore, c quine gâte rien…

Suspense donc pour la candidature champenoise : la décision de l’Unesco sera connue cet été, après une dernière phase cruciale en juin…

Revenons sur la nature du Bien présenté à l’Unesco :
Synthèse
« Au nord-est de la France, sur des terres froides et crayeuses, souvent ravagées par les guerres, les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne présentent un paysage agro-industriel spécifique, entre vignes qui représentent le bassin d’approvisionnement et villages ou quartiers de villes qui concentrent les fonctions de production et de commercialisation. Les impératifs de production des vins de Champagne ont généré une organisation ternaire originale, fondée sur un urbanisme fonctionnel, une architecture de prestige et un patrimoine souterrain.

Ce système agro-industriel, qui structure le paysage, mais aussi l’économie et la vie quotidienne locales, résulte d’un long processus d’aménagement, d’innovations techniques et sociales, de mutations industrielles et commerciales qui ont accéléré le passage d’une culture artisanale à une production de masse, à la diffusion planétaire.

Cette évolution, où les femmes et les héritiers franco-allemands des anciennes foires de Champagne jouent un rôle singulier, s’enracine historiquement dans les coteaux d’Aÿ à Hautvillers, au coeur du vignoble, avant de s’étendre aux XVIIIe et XIXe siècles dans les deux villes les plus proches : la colline Saint-Nicaise à Reims et l’avenue de Champagne à Épernay qui sont de pures créations de l’activité vitivinicole champenoise.

Ces trois ensembles constitutifs du Bien incarnent le terroir du Champagne et allient les fonctions de cadre de vie, cadre de travail et vitrine d’un savoir-faire traditionnel. Ils sont le lieu de création de la méthode de référence de la vinification effervescente, qui se diffuse et sera copiée à travers le monde à partir du XIXe siècle et jusqu’à aujourd’hui. Produit d’excellence, le Champagne est reconnu comme le symbole universel de la fête, de la célébration et de la réconciliation… »
Alleluia ! Tout cela est vrai… Qu’est ce qu’on a pu se faire piquer l’idée de la méthode champenoise, dégorgée aux quatres coins de la planète comme un vulgaire sac Vuitton bling bling !

Fin décembre, pour ces jours de liesse d’Habits de lumières,, nous étions donc à Epernay. Merveilleux souvenirs et anticipation: la ville sera encore plus en fête lors de la seizième édition (le second weekend de décembre 2015, si le classement Unescien intervient bien entre temps. Ce qu’on lui souhaite vivement, non ?

Signes particuliers : Epernay abrite la plus belle petite avenue du Monde, remise en valeur en 2009, se pare pour l’Unesco, tâche de ne pas vivre seulement sur ses acquis. La tâche n’est pas aisée : ils sont nombreux. Se proclame capitale du Champagne, comme son Alter ego Reims d’ailleurs. En fait, toutes deux méritent ce titre. D’autant plus qu’elles concourent à la grande donne de la grande Dame : la Candidature Unesco du dossier, dont on apprend au passage qu’il fut retoqué lors d »une première présentation (en 2006 ou 2007). C’est que les candidatures sont de longue haleine et les dossiers encycopédiques : celui-là fait 8000 pages, synthétise au bas 8 années de travail. Il s’agit de convaincre les amabassadeurs de l’Unesco, pas de les séduire. C’est qu’ils en ont vu d’autres, des candidatures, des vertes et des mûres…

Non dosés, extra-brut, brut sans année, blanc de blancs, blanc de noirs, rosé, millésimé, cuvée spéciale, sec et demi-sec… Les vins de champagne se parent de leur habits de lumière chaque deuxième weekend de Décembre à Epernay et défilent sur la superbe Avenue de Champagne entièrement refaite en 2009 : pavement de la route, trottoirs élargis. On croyait à tort qu’il en avait toujours été ainsi. encore appellée « Avenue des milliardaires », cette succession de bâtisses appartenant à 15 belles Maisons du négoce (dont Moët & Chandon, Perrier-Jouët, Pol Roger, Demoiselle, De Castellane, qui fait partie du Groupe Laurent Perrier, maison située à 15 kilomètres de là…).
En 2011, La Maison Michel Gonet, sise à Avize, s’y est installée à son tour. C’est le champagne d’une famille de l’Aube, c’est un champagne de femme maintenant, qui en parle si bien : celui de Sophie Gonet, qui a un dada : Elle a peint quelques centaines de bouteilles à la main (dans un style floral japonisant, sans surcharge aucune) car elle en avait envie, ayant fait les Arts Déco. Avant de vivre au Venezuela pour quelques années. Une maîtresse femme qui en est bien revenue, dont les frères sont partis pour d’autres aventures, notamment dans le Bordelais. Sophie possède l’Art de recevoir… Je l’avais déjà rencontrée il y a quelques années pour un article, l’ai revu avec ravissement par hasard ici…

La Ville d’Epernay organise donc l’ensemble des animations présentes sur le domaine public (animations, feu d’artifice, illuminations, décoration) alors que les Maisons de Champagne (et leurs 110 kilomètres de caves) s’occupent en surface de l’animation de leurs cours, notamment avec la mise en place de bars à champagne au parfum festif. Le week-end « Habits de Lumière » est le résultat de cette association et d’une forte collaboration avec la Ville d’Epernay. Au-delà de toute logique concurrentielle, c’est un savoir-faire, une histoire et un terroir qui sont mis en valeur et rendus accessibles à tous.

La manifestation se prolonge tout le week-end, offrant de nouvelles animations : Habits de Saveurs le samedi alliant gratuitement en dégustations Chefs étoilés et Crus émérites des Maisons et vignerons de Champagne, Parade automobile le dimanche. Sont ainsi proposés aux visiteurs trois jours de fête autour du vin de champagne, de son patrimoine, de son histoire, de la richesse du savoir-faire qu’il développe et de l’art de vivre à la française qu’il symbolise.
2014-12-13 17.42.10

2014-12-13 17.44.14

2014-12-13 23.51.20

2014-12-13 23.51.48

2014-12-14 10.37.29

2014-12-14 10.41.35

2014-12-14 10.42.20
Le succès grandissant d’Habits de Lumière démontre que la manifestation est devenue un rendez-vous incontournable de la fin d’année en Champagne. 30 à 40 000 personnes, selon les sources, s’y rendent…
2014-12-12 19.28.37

2014-12-12 19.28.56

2014-12-12 19.47.38

2014-12-12 19.48.26

2014-12-12 19.48.41

Sparnaciens, Sparnaciennes
. à l’origine, Epernay est un marécage empli de ronces, assaini grâce aux travaux entrepris par les Romains.;. Certains disent qu’Epernay vient du mot « Aqua-perennes » pour décrire que la ville est battie sur un terrain marécageux. Ce terme aurait été transformé en « Aixsperne » puis « Epernay ». Mais on dit aussi que le nom d’Épernay serait issu du gallo-romain « sparnacus » qui signifie lieu planté d’épines : les habitants d’Epernay se nomment d’ailleurs « les Spanarciens ». Un marécage… qui a bien évolué ! Il est devenu une coupe flûtée de lumière… pérenne.
2014-12-30 09.14.07

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 081 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :