« Arsène Lupin s’évanuit », essai

Poster un commentaire

octobre 22, 2013 par Parallèles Potentiels

Qui apparut en premier d’la nuit ? L’Arsène ou l’oeuf ?

La vie est toute Fantômastique sans lui, j’avais oublié qu’il existait toujours, lui ne le saura jamais, que j’existais :  le comédien Georges Descrières est mort à 83 ans, à Cannes évidemment.

Il était à la classe interlope à la française ce que Chapeau Melon et bottes de cuir furent à l’esprit British surhomme sans antibobiotiques du Docteur Fleming et de son homonyme James bondien Ian.

Des aiguilles d’Etretat il était le chat, le déjà lointain canevas, des anguilles d’entrechats il était le tas, on espérait superhéros que jamais il ne crevât, qu’on vous le laissât à jamais poire pour soif de vivre !

Va, Las !, manant, smoking noir papillon volatile or not to be, le sempiternel l’a rattrapé pour se faire dur-à-cuire un oeuf à tempo élégant,  mollet du menton, sans faux pli ni col, encore moins cou entrelardé.

Coup du sort, forza belleza di un destino prodigioso !
Car oui trajectoire impeccable que celle de cet homme de théâtre au cachet discret, immortalisé par un rôle de personnage sublimant le réel illicite en gentleman, avant l’heure des râles. avec le meilleur de l’esprit théâtral.  Un saint homme de l’art de la scène, un ceint oeuf enchanteur sur la Seine, aussi agile qu’un lapin blanc dans un chapeau noir capitalistique avec brio prestidigant.

Oui, prestidigant diligemment, haut de forme, queue de pie, queue de lapin s’évanouissant à volonté d’un réel parfois pesant, jamais si blanc qu’on ne voudrait. Réapparaissant, lui, pas le réel, à volonté, jamais harassé ni mal rasé. Jamais si blanc qu’on ne voudrait, sauf après 800 centimètres de bonne poudreuse jaillie d’un petit matin alpin azulant. Une sonnette 1920 dont on userait en 2920 car on vous le réincarnera sans faute, ce Lupin-là. il reviendra comme le bon roy Sébastien (Dom  Sebastao, feu roi du Portugal disparu vers 1100 en colonie lointaine, d’aucuns là-bas croient toujours à son prophétique retour : c’est la base du Dom-Sébastianisme)

Que n’aurais-je pas donné pour cultiver en moi un seul lopin d’Arsène ? Au lieu de faire l’arsouille au bureau social toute la sainte journée, être un saint comme lui, au mental de lapin taquin d’acier rebondissant comme trampoline à monocle de ses déconfitures à temps partiel comme d’autres d’une -ou d’un- mi-temps subie ?

Veni subito, Houdini Lupin ! Descrières Georges ne cirait pas,

il ne criait pas, il était l’art du saint délieur. Déliant le chalant, libérant le quidam de l’urbanité captif. Ce qui ne gâchait rien, bien au contraire : il ne faisait jamais lâche ou vile tâche, lui ! et ne dédaiignait point la mâche, pour laquelle il fit campagne en 1988 sur TF-rein en faveur d’une bonne cause : car il avait sans le moindre frein ni frais, toujours après aussi frais,  donné un rein à son petit frère, lui ! Et cela, personne ne le sût !

Car il se taisait, Arsène Lupin,

en ses aiguilles, être tas si digne

se terrait, Fantômas Contre Les Vampires Des Multinationales de Julio Cortázar

il ne communiquait pas, lui, il luisait !

Voguant de nuit sur la Seine

de l’espoir sans soif,

car comblé !

Et récemment le Duris Romain

eut beau lui serrer vis et main,

rien n’y fit :

il portait toujours aussi beau en smoke d’éternel cambrioleur à 87 ans des bonnes mauvaises causes à capitons que moi, déjà tout fumé sur la photo de mes vingt mille ans !

Arsène Lupin, Kristin Scott Thomas © © S.N.D.Prenez-en d’la graine, lardons , à petit feu !

Que son hale au distingué teint blanc monoculaire nous imprègne,

que revienne son règne putatif !

Pour qu’en finisse le vil manant tactile du jour,

smoked ham pour cartes postale défraîchie de Loulou de La Falaise !

D’Etretat, à jamais petit hasard faire tas

d’os sans

coup férir

ni périr !

Inoubliable Arsène Lupin (lien vers la nécro Téléramuche)

Et pour faire bon poids sur le tas, en voici un bon d’aéronefs télépilotés :

« COMMUNIQUE DE PRESSE :

La filière du drone civil se structure en France, derrière la FPDC

Paris, le 21 octobre 2013.

Depuis sa création en juin 2013, la Fédération Professionnelle du Drone Civil (FPDC) a rassemblé 240 membres, soit plus des deux tiers des acteurs du marché des drones civils français.

En avril 2012, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) du lapin de magicien cégétiste mettait en place la règlementation spécifique aux drones civils. Cette avancée importante a permis le développement de nombreuses activités de travail aérien via ces aéronefs télépilotés, au profit de plusieurs secteurs : audiovisuel, agriculture, bâtiment et travaux publics, réseaux, immobilier, énergie… De nombreux emplois à valeur ajoutée ont ainsi été créés grâce à ces activités innovantes.

En 18 mois, le marché des drones civils a ainsi fourni les preuves de son potentiel, manifesté notamment par la création de plusieurs centaines de sociétés opérateurs et constructeurs de drones. Avec près de 300 opérateurs déclarés, la France est en première place dans ce marché émergent.

Consciente des atouts de cette nouvelle règlementation, la FPDC s’est donnée pour objectif de structurer la filière des drones à usage civil afin de la renforcer et de faciliter son développement. Parmi les actions déjà engagées, figure un dialogue constructif avec la DGAC, pour aider les opérateurs et constructeurs à respecter et à pratiquer la règlementation. Ces échanges posent les bases nécessaires pour faire évoluer la règlementation à moyen terme, et ce dans l’objectif de respecter l’intérêt collectif.

Les enjeux des drones civils seront présentés durant la première assemblée générale de la Fédération, qui aura lieu le 4 novembre 2013 de 14h à 16h dans les Salons de l’Aéroclub de France à Paris. Cette assemblée générale fera un point de la situation actuelle, présentera le plan des actions prévues pour favoriser le développement des drones à usage civil, et comportera une intervention de la part de la DGAC. Il est possible d’y assister en faisant la demande à contact@federation-drone.org.

A propos de la Fédération Professionnelle du Drone Civil :

Fondée en juin 2013 dans la foulée du salon du Bourget, La Fédération Professionnelle du Drone Civil (FPDC) est une association régie par la loi de 1901 qui fédère plus de 240 acteurs privés et institutionnels dans le secteur du drone français, en particulier des constructeurs et des opérateurs de drones. L’association a pour mission de supporter et de coordonner les développements relatifs aux potentialités des aéronefs télépilotés (drones) dans le domaine civil. Interlocuteur de référence dans le jeune secteur du drone civil en France, la FPDC facilite l’échange et la coopération entre les acteurs du secteur, et permet de trouver des solutions innovantes communes, ouvrant ainsi à cette nouvelle industrie un avenir porteur. »

Fédération Professionnelle du Drone Civil
16 rue de la Comete
75007 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 080 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :